Ma Photo
Blog powered by Typepad

« C’est la rentrée | Accueil | Murakami Versailles »

02 septembre 2010

TrackBack

URL TrackBack de cette note:
http://www.typepad.com/services/trackback/6a010536b474ad970c0133f3841f70970b

Voici les sites qui parlent de Bienheureux les pacifiques :

Commentaires

Flux Vous pouvez suivre cette conversation en vous abonnant au flux des commentaires de cette note.

La joie de la contemplation artistique sera plus grande si elle se fait dans la cohérence. On va à Versailles pour voir Versailles, dans une cathédrale pour voir une cathédrale et dans une exposition de Murakami pour voir du Murakami.
A mon avis le choc des arts anciens et contemporains n'est pas la demande principale des visiteurs et cette mise en confrontation serait plus adapatée en terrain neutre.

Que des défenseurs d'une civilisation chrétienne relayent une demande de cohérence artistique à Versailles peut aller dans le sens de leur effort pour mettre en valeur l'incarnation du christianisme dans la vie.

Cette incarnation dans la chrétienté n'était ni plus ni moins autoritaire que la nôtre. Mettez vous dans la peau des dissidents d'aujourd'hui et vous connaîtrez la pauvreté, loin des emplois offerts aux serviteurs de la République et même parfois la prison si vous êtes islamiste ou négationniste.

Plus profondément on peut aussi penser que l'art japonais ancien ou moderne exprime des valeurs et une pensée qui ne sont pas celles du christianisme et qu'un château où l'on trouve des portraits d'apôtres pénitents et déchirés dans la chambre du roi peut se trouver en dissonnance avec une oeuvre en résonnance avec une philosophie différente.
On peut lire à ce sujet la réflexion, contestable mais intéressante d'un ancien ambassadeur japonais bouddhiste-shnitoiste sur l'incomatibilité de la culture japonaise avec le judéo-christianisme.
http://chiesa.espresso.repubblica.it/articolo/1344428?fr=y

J'aime bien l'éloge que vous faites du temps libre dans votre note sur la pentecôte : http://jean-jacques-aillagon.typepad.fr/le_blog_de_jeanjacques_ai/2010/05/pentec%C3%B4te.html
Peut être s'agit il d'un exemple de l'apport de la chrétienté. Les romains avaient aussi des jours fériés, mais ils ne disaient pas que les maîtres seraient privés de leurs esclaves dans le cas où ils les auraient forcés à travailler le dimanche.

Monsieur le Ministre,

La Chrétienté n'est pas ce que vous en dites. Je vous fais parvenir un extrait du livret du pélerin de Chartres.

qu'est-ce que la chrétienté ?

(...) c'est une société qui vit, ou plus exactement, essaie de vivre, selon l'Evangile. (...) bien vivre selon l'évangile, c'est appliquer les principes qui s'y trouvent. Notre-Seigneur Jésus-Christ est venu "accomplir" au sens de rendre définitive, la loi qui nous vient de l'Ancien testament. Et Il l'a complétée par un commandement nouveau, celui de l'Amour. Donc, vivre selon l'Evangile, c'est vivre en appliquant les commandements de Dieu (les 10 commandements) à la lumière du commandement nouveau, la charité.

D'accord, mais alors ce n'est bon que pour les Chrétiens ?

Pas du tout. Dieu a mis dans l'âme de tout homme une loi qu'on appelle la loi naturelle. C'est la loi qui, naturellement, quelle que soit notre religion, nous fait, par exemple, protéger les faibles, aimer la beauté, vouloir la Paix, etc. Et Dieu, créateur de toute chose, ne pouvant vouloir une chose et son contraire, a donné à Moïse des commandements qui ne sont que la traduction de cette loi naturelle. C'est pourquoi vivre selon la loi naturelle ou selon les commandements de Dieu, c'est équivalent.

Ni confusion du temporel et du spirituel comme dans les sociétés islamiques, ni séparation comme dans nos sociétés laïcistes, nous souhaitons la distinction des deux (le spirituel doit irriguer le temporel). Et la soumission de l'ensemble à Dieu.

Je pense que vous faites semblant de ne pas comprendre... mais au cas (très peu crédible) où vous êtes de bonne foi:

- présenter Murakami comme de l'art est un mensonge
- rire de ceux qui gobent ce mensonge est amèrement dégueulasse
- enrichir les faux artistes et appauvrir les vrais est bête et méchant
- ridiculiser la France et son patrimoine est une offense à nos pères (et à nous)

Vous conviendrez que tout cela n'est pas très compatible avec les valeurs du christianisme. Mais, je le répète, vous le savez très bien. Rigolez bien.

Monsieur Aillagon, je me permets, en toute charité, de vous inviter à vous documenter quant à ce que fut la Chrétienté. Elle n'avait en effet rien à voir avec la caricature (qui je l'avoue m'a fait sourire) que vous en donnez.

J'avais adoré la grande rétrospective de Murakami au Musée d'Art Moderne (MMK) de Francfort. On en ressortait convaincu de la qualité artistique de son travail, s'inspirant de la culture populaire pour un art authentique. Et Versailles sera à n'en pas douter un écrin formidable!

> Philippe Edmond
Cher Monsieur, quand vous voyez un autel baroque dans une église romane, comment assumez-vous cette confrontation des esthétiques ? Nous avons la possibilité aujourd'hui de partager notre curiosité et notre culture entre les oeuvres de toutes les époques et de toutes les cultures. L'histoire nous a libéré de la contrainte de n'aimer que les oeuvres d'un espace et d'un temps. Monet et Boticelli, Richard Strauss et Monteverdi, peuvent cohabiter dans une journée de notre vie culturelle... vous rendez-vous compte de la liberté qui nous est ainsi offerte ?
Concernant la pentecôte, l'affirmation que l'accès à la libre disposition de soi doit être universel est un grand progrès dans l'histoire de l'homme.

>Louis
Votre point de vue est respectable mais je crains qu'il ne soit pas adapté à l'évolution du monde contemporain. Il pouvait s'appliquer à un monde, à une civilisation refermés sur eux-mêmes ou la conviction religieuse était forte et partagée, ce qui n'est plus le cas aujourd'hui.

>Ronan
Je pense hélas que vous avez tort. Avec bonne foi et respect.

>Gaudeteln
Ubi caritas et amor, Ibi Deus est

> Stéphane
Tentez, Stéphane, de venir voir cette exposition. Cordialement.


Ce matin, "20 minutes" :"Les graffitis, des témoignages du passé sur les murs de Paris.
« Balade avec papa », « la république ou la mort », un trèfle ou une croix, le livre Paris graffiti recense toutes ces marques laissées sur les murs parisiens au fil du temps..."

(Aucun lien avec Murakami)

Versailles est aussi riche en graffitis : construction du château, 1789, Commune...

Avez-vous connaissance de travaux et éventuellement de publications sur ce sujet?

Avec mes remerciements et mes sincères salutations.

DC


>Mme Dominique Collet
Bonne question, je demande au service des archives si les graffitis historiques de Versailles sont documentés.

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.